Roberto Fani, chef de l’année du Gault&Millau

Good to know
,

La traditionnelle cérémonie d’annonce des chefs et hôtes de l’année s’est tenue le lundi 22 octobre à l’Hôtel Le Royal. Neuf récompenses ont été remises.

Photo : Mike Zenari

C’est un moment incontournable dans le calendrier de la gastronomie: la parution du guide Gault&Millau et sa fournée de toques, points et lauréats de l’année. Le guide Belgique-Luxembourg sortira le 5 novembre, mais son extrait grand-ducal vient d’être distribué.

Cette 16e édition compte précisément 99 restaurants et, nouveauté cette année, 14 «pop». Il ne s’agit pas de restaurants éphémères, mais d’une catégorie Populaires: bars à vins, pizzerias, bars à tapas, street food haut de gamme…

Après avoir accroché une étoile Michelin à sa veste l’année dernière, Roberto Fani, le chef propriétaire du restaurant Fani à Roeser se voit attribuer le titre de Chef de l’année. Manifestement ému, le chef italien a remercié le guide et ses équipes. Après lui, Lionel Marchand (La Pomme Cannelle) est nommé Pâtissier de l’année, Anthony Masson (Ma Langue Sourit) devient Sommelier de l’année et Jennifer Murgia-Radelet (Restaurant Yves Radelet) remporte le titre d’Hôtesse de l’année.

La jeunesse est saluée par le Prix de la découverte de l’année, attribué à Hannes Graurock (nouvellement arrivé au Luxembourg Wemperhardt). Nouvelle catégorie, le Pop of the Year va au chef Morris Clip du Tempo. Claude Magnin, le patron du Postkutsch est salué par un Clin d’œil de l’année pour son exceptionnel charriot de fromages. Enfin, la Personnalité de l’année, qui salue l’engagement pour les produits et les métiers de bouche, va à Jean Kircher, fondateur et patron de Pains & tradition à Bascharage. Un meunier et boulanger qui a su, grâce au sérieux de son travail et à la qualité de ses produits, gagner la confiance de nombreux grands chefs luxembourgeois, et ce, depuis 20 ans.

Nouveauté encore avec le Culinary Innovators Restaurant Philosophy Award 2018, qui a été remis à René Mathieu (La Distillerie) pour son audace et son engagement pour une cuisine végétale.

On notera l’entrée des Jardins d’Anaïs (14/20), du Como de Favaro (13,5/20) ou du Luxembourg Wemperhardt (15,5/20). L’Hostellerie Stafelter, Yamayu Santatsu, Naga, Gruber, Cantine du Châtelet ou Katchi entrent avec un honorable 12/20. Ma Langue Sourit rejoint le peloton de tête avec un 17,5/20 comme Clairefontaine, tout juste devancé par Mosconi et La Distillerie qui affichent un fier 18/20.