Fabio Morvilli

Le président de la Camera di Commercio Italo-Lussemburghese a évidemment un faible pour les restaurants italiens. Il nous en décrit trois.

Photo : Lala La Photo (archives)

«Dans les restaurants, la manière de savoir si c’est bon, c’est d’essayer les pâtes. Il y a ceux qui les font à l’italienne et ceux qui font autre chose. Il y a la qualité des pâtes, puis la cuisson qui est essentielle. J’aime bien les spaghetti vongole. Certains vous servent des pâtes aux œufs, avec les coquillages et du fromage. Ça peut être bon, mais ce ne sont pas des spaghetti vongole.»

Fani

«Avec Roberto Fani, on retrouve la cuisine italienne, mais aussi le style italien, c’est-à-dire que le chef est bien présent, on le voit derrière la vitre, on voit sa cuisine et sa manière de travailler. En plus, il s’adapte à ses clients s’il y a des restrictions alimentaires et le fait en souriant.»

Oro e Argento

«C’est aussi une adresse de très bon niveau. Dès qu’on y entre, on oublie le Kirchberg et le travail que cela veut dire. La cuisine est très bonne et raffinée.»

Il Cherubino

«Je viens de redécouvrir ce restaurant qui était installé rue Notre-Dame il y a bien longtemps. L’environnement n’est pas flatteur, mais quand on est dedans, on se croit dans les Pouilles. La cuisine y est simple et bonne.»