Honneur au champagne d’auteur!

À boire!
,

Agnès et Sébastien Rouillaux sont éditeurs de «champagnes d’auteur» à Luxembourg, avec leur société Craft & Compagnie. Ils ont fait découvrir à l’équipe de Maison Moderne une sélection des artisans vignerons d’exception qu’ils représentent. 

C’est l’histoire d’une reconversion-passion à l’aube d’une joyeuse quarantaine: si Agnès et Sébastien sont tous deux issus du milieu viticole – elle est copropriétaire du Château La Tour de By dans le Médoc, lui est originaire de Champagne et baigne dans les bulles depuis qu’il est petit –, c’est le pendant plutôt business du secteur qui les a occupés durant quelques années. Ce qui les a d’ailleurs amenés à se rencontrer en Californie. Mais, à l’aube de la quarantaine, la passion du produit est revenue au galop et le couple a décidé de tout recommencer, «depuis le garage».

En 2016, ils fondent Craft & Compagnie à Luxembourg afin de représenter au Grand-Duché un éventail d’une quinzaine d’artisans vignerons indépendants de Champagne, et ainsi partager leur fascination et leur enthousiasme pour les champagnes rares et atypiques. L’occasion également de mettre en valeur la nouvelle génération de viticulteurs de talent, passionnés, respectueux de leur terroir et du temps nécessaire à l’élaboration d’une cuvée d’exception. Un marché «de niche» qui ne représenterait qu’une centaine de producteurs sur les 4.000 présents dans la région champenoise, et cinq millions de bouteilles sur les 300 millions qui y sont produites chaque année.  

Afin de donner un aperçu du savoir-faire que leur société représente au Luxembourg, Agnès et Sébastien ont donc joué le jeu de la dégustation en présentant à l’équipe de Maison Moderne quatre cuvées typiques de leur marché.

Tout d’abord, les palais se sont laissé séduire par la fraîcheur et l’équilibre de la cuvée Grains de Celles de Pierre Gerbais. Vigneron emblématique de la Côte des Bar, Aurélien Gerbais poursuit l’œuvre familiale entamée par les sept générations qui l’ont précédé́ sur ce terroir, situé au sud de l’appellation Champagne, à quelques kilomètres de la Bourgogne. Cette situation particulière, que les Gerbais connaissent mieux que personne, leur permet d’incorporer à cette cuvée éclatante en bouche un cépage presque disparu dans la production de champagne: le pinot blanc, présent ici à 25% en complément du chardonnay et d’une dominante de pinot noir.

Ensuite, les convives se sont laissé surprendre par la puissance et la qualité exceptionnelle du champagne Brut Réserve de la maison Bérêche & Fils, nichée au cœur de l’un des trésors de la montagne de Reims. «Chacune de leurs cuvées est abordée dans une logique de vin plutôt que de bulles. Un élevage sous bois et un tirage liège, qui apportent une respiration en même temps que de la profondeur aux vins, offrent des champagnes d’une authenticité́ savoureuse et d’une belle empreinte vineuse», précise Sébastien. Et il est clair qu’à la dégustation, on est en présence d’un excellent assemblage (30% chardonnay, 35% pinot noir, 35% pinot meunier), élaboré avec beaucoup d’attention et d’élégance.

Puis, c’est un retour vers plus de rondeur et de complexité qui s’est opéré avec la cuvée Les Terres Fines, du jeune viticulteur Dhondt-Grellet. À moins de 30 ans, Adrien fait en effet partie des jeunes talents qui participent à cette nouvelle dynamique «auteur» en Champagne, avec son domaine familial de 6 hectares implanté à Flavigny, au cœur de la Côte des Blancs. L’atout indéniable de cette cuvée, issue de neuf parcelles crayeuses de Cuis – terroir d’exception pour le chardonnay –, est l’évolution qu’il propose au fil de la dégustation: chaque verre est différent et l’élixir semble pouvoir offrir de nouveaux arômes à chaque gorgée. Une complexité sans doute rendue possible grâce à sa composition exceptionnelle: 70% de récolte 2014 et 30% de réserve perpétuelle depuis 1986, avec vinification en cuves inox et élevage en fûts.

C’est enfin la presque mystérieuse cuvée Initiation 2015 qui a conclu ce voyage gustatif et pétillant. Agnès annonce d’emblée des chiffres rares: «Une seule parcelle, 14.000 bouteilles, un seul cépage – le meunier, une année, trois hectares, un seul contenant avec vinification et élevage en fûts. Le cousu main prend ici tout son sens!» Avec son assemblage 78% pinot noir et 22% pinot meunier, ce champagne conclut en effet avec panache la dégustation grâce à une profondeur aromatique remarquable et une gourmandise tout en puissance, qui lui donnerait presque un aspect spiritueux très mémorable.

Tout est dit ou presque: l’exception n’est pas prise ici comme excuse pour des prix rédhibitoires, bien au contraire. Ainsi, ces quatre champagnes d’auteur superbement réalisés coûtent entre 30€ et 45€.