Le boucher met la table

Bon à savoir
,

Dès le retour de vacances, le restaurant Aal Schoul change de style et recentre sa carte sur la viande luxembourgeoise.

Photo : Graphisterie Générale

Nouvelle année, nouvelle orientation: à partir du 3 janvier 2019, le restaurant Aal Schoul ajoute à son nom le sous-titre «l’école du boucher». En effet, l’offre va être repositionnée pour mettre en évidence la viande luxembourgeoise fournie par le boucher Kirsch, en gardant la philosophie «du champ à l’assiette» qui fait la part belle aux producteurs locaux.

Petite leçon d’histoire pour resituer le projet du restaurant Aal Schoul. En 2016, Guy Kirsch, le boucher bien connu des Luxembourgeois et Pascal Ruault, ex-cuisinier qui fit carrière au niveau européen dans de prestigieuses maisons se lancent dans la création du restaurant dans l’ancienne école d’Hobscheid.

Ils font appel à Thomas Murer, ancien demi-finaliste de l’émission Top Chef, qui assure au restaurant un succès fulgurant. Mais le chef a d’autres projets et, au printemps 2018, il sonne la récré et quitte l’aventure pour ouvrir son propre établissement.

C’est l’occasion pour Guy Kirsch, premier actionnaire et premier fournisseur de pousser le concept plus loin : il rêve d’offrir un endroit où tous les carnivores pourront se faire plaisir, tout simplement. Plus de produits carnés, du bœuf maturé, des charcuteries... tout ce en quoi il croît.

Pour mettre cela en musique, c’est le chef luxembourgeois Gilbert Welter, membre d’EuroToques qui reprend le flambeau. Les circuits courts, la mise en valeur de la richesse du terroir luxembourgeois inspirent sa cuisine, avec des produits sélectionnés directement chez les producteurs locaux. 

Et si la viande est à l’honneur, pas de panique, le chef a sous le coude des suggestions pour satisfaire tout le monde, même si vous êtes végétarien ou végane.

Si le cadre exceptionnel d’Aal Schoul reste le même, le restaurant renforce son ancrage boucher. Dans un vrai comptoir de boucherie seront présentées les viandes sélectionnées quotidiennement par Kirsch le boucher. Chaque morceau de viande de bœuf labellisé Lëtzebuerger Rendfleesch – produit du terroir luxembourgeois – montrera sa propre carte d’identité, en totale transparence.

Dans le restaurant également, un frigo de maturation exposera les morceaux de viande de bœuf, en train de bonifier, et qui se retrouveront sans doute un jour dans l’assiette.