Steffen s’installe à la gare de Luxembourg

Bon à savoir
,

La maison de bouche familiale a remporté l’appel d’offres pour reprendre l’ancien Buffet de la gare. Le Quai Steffen verra le jour d’ici la fin de l’année.

Photo : WW+

Après la fermeture du Buffet de la gare à Luxembourg, CFL-Immo – en charge de la gestion immobilière des CFL – avait lancé un appel d’offres pour la reprise de l’activité. C’est le groupe Steffen qui remporte le marché avec un projet d’envergure qui mêlera restaurant avec service à table et vente à emporter.

Monsieur Steffen, le site de la gare s’avère très attractif, mais aussi concurrentiel au vu de l’importance de l’offre de restauration dans le quartier – «on peut manger dans un resto différent chaque jour du mois», nous rapportait un cadre d’ING. Que représente la gare pour vous?

«La gare est la grande porte par laquelle on entre à Luxembourg. C’est le premier endroit où l’on arrive quand on vient travailler en ville tous les jours, ou de temps en temps, ou quand on vient la visiter. Aussi, nous avons trouvé cette opportunité extraordinaire. Une merveilleuse occasion de faire découvrir et savourer aux voyageurs, aux résidents et aux travailleurs du quartier, les produits du terroir.

Cet emplacement n’est pas anodin. Quels sont les défis spécifiques à y relever?

«Il y en a plusieurs et c’est ce qui rend le projet ‘appétissant’, sans jeu de mots. Tout d’abord, nous souhaitons offrir à la clientèle une gamme variée et équilibrée, adaptée aux différentes tranches horaires que nous avons réparties en cinq périodes: petit-déjeuner, matinée, déjeuner, après-midi et dîner. Il est important de proposer à la clientèle des mets adaptés à leurs besoins tout en leur offrant une gamme variée, saine et artisanale. Ensuite, l’autre défi de taille est l’amplitude des horaires d’ouverture: 7 jours sur 7, de 05h30 à 23h30.

Quelle cuisine allez-vous proposer?

«Notre souhait est de ravir les palais de tous les amateurs de produits de qualité: les plus pressés qui veulent trouver des mets qui vont les rassasier sainement, ceux qui veulent organiser un déjeuner d’affaires entre deux TGV ou ceux qui aiment venir flâner dans ce futur haut lieu de la gastronomie luxembourgeoise. Notre offre sera variée, allant des mets traditionnels de notre terroir, des gammes gustatives bio et végétariennes, aux produits avant-gardistes et ceux que nos clients connaissent, qui font partie de notre culture européenne et qui rassurent.

D’où proviendront les produits?

«Comme pour nos autres enseignes, nous ferons appel systématiquement et de préférence à des producteurs et fournisseurs locaux, d’abord parce que nous avons du plaisir à travailler avec eux, ensuite parce que penser local pour nous, c’est reconnaître le demande actuelle de manger de manière raisonnée, mais aussi de diminuer l’impact carbone des transports de marchandises tout en cuisinant des produits régionaux et de saisons.

Cet engagement social et environnemental vous tient à cœur…

«Ce qui nous tient particulièrement à cœur, c’est de créer une vraie relation entre nos futurs clients et nos produits, mais aussi avec notre personnel. Maintenir une très grande proximité avec nos clients passera évidemment par de très bons produits, mais aussi et surtout au travers de la gentillesse, du sourire et du conseil de nos employés. Nous allons d’ailleurs commencer le processus de recrutement afin de trouver les personnes idéales. 

Quel concept avez-vous mis en place? 

«Le concept a été mis en place par les CFL et leurs architectes bien avant que nous soyons sélectionnés. Il s’agit d’un travail de longue haleine qu’ils ont commencé il y a de nombreux mois avec, entre autres, le Service des sites et monuments nationaux. Nous avons bien entendu proposé dans notre soumission un concept spécifique, et nous sommes ravis qu’il ait plu.

Quel sera le calendrier des travaux et de l’ouverture?

«Nous n’avons pas la maîtrise sur le calendrier, mais, naturellement, nous mettrons tout en œuvre avec les CFL et leurs architectes pour respecter les délais. L’ouverture est prévue en trois phases avec d’abord le take-away, sans doute dans le courant du mois de novembre.

Combien de personnes seront embauchées? Est-ce que le personnel de l’ancien Buffet de la gare a été approché?

«Jusqu’à présent, nous n’avons pas eu l’occasion de faire un rapprochement quelconque avec le personnel de l’ancien Buffet de la gare. Ces personnes, comme tout autre professionnel du métier, peuvent bien entendu prendre contact avec notre département des ressources humaines et nous serons ravis de les rencontrer. Nous estimons à 50 le nombre de personnes que nous souhaiterions embaucher.»