Pari gagné pour Chiche

Nouveau
,

Tout nouvellement ouvert, le restaurant de spécialités du Moyen-Orient fait le plein avec un projet qui mêle plaisir de la table et inclusion sociale.

Photo : Matic Zorman

On avait suivi le généreux (et délicieux) Syriously... voilà qu’à quelques mètres de là s’ouvre Chiche! Comme son nom l’indique, il s’agit à la fois d’une injonction à parier – chiche! –, mais aussi du nom d’un ingrédient incontournable de la cuisine libano-syrienne – le pois chiche –, ainsi que du mot arabe pour la pointe où l’on enfile la viande pour la griller.

Le même humour, signé Frédérique Buck, pour lancer un nouveau restaurant au concept généreux avec les mêmes protagonistes – Marianne Donven de la Croix-Rouge et Pitt Pirotte, propriétaire des murs qu’il met à disposition –, auxquels s’ajoute Isabelle Dickes, qui signe le décor. Comme son voisin, Chiche fait partie d’un ensemble de maisons qui sera détruit en 2019 et s’affirme à ce titre comme un restaurant éphémère.

À la tête de l’établissement, on trouve Chadi Bekdach, un chef syrien arrivé au Luxembourg en 2015 en fuyant la guerre dans son pays. Il a fait montre d’une grande volonté d’intégration, participant aux activités du Hariko, travaillant régulièrement comme traiteur et mettant ainsi à profit son expérience dans la boucherie, la boulangerie et la restauration.

La carte fait la part belle aux falafels, ces boulettes à base de pois chiche, que l’on peut prendre en assiette avec des accompagnements ou en sandwich. Les grillades sont aussi bien présentes au menu, que ce soit des côtes d’agneau, du poulet mariné, du bœuf, des saucisses ou du poulpe. On complètera la commande avec de délicieux mezze: halloumi, houmous, baba ganousch, yaourt, épinards… Impossible de finir le repas sans goûter au baklava de Moudi.

L’intérêt de Chiche va au-delà de l’assiette – délicieuse, fraîche et d’un excellent rapport qualité/prix – par son implication sociale. Non seulement Chadi va progressivement prendre des parts pour devenir indépendant et principal gestionnaire des lieux, mais l’idée est aussi d’offrir une porte d’entrée dans le monde du travail à ceux qui en sont éloignés comme les réfugiés. Ainsi, la cuisine accueille donc diverses nationalités, principalement des Syriens et des Afghans.

Comme preuve de son intégration et de son engagement, Chadi a écrit sur le mur: «Ma maison est là où est mon cœur», et on sent bien qu’il met tout son cœur dans son restaurant.

Chiche

99, route d’Esch à Hollerich

Tél.: 26 48 09 81