Bienvenue à la Côte belge

Tendances
,

Serge Tonnar l’a chantée, le Blankenberge Express nous y a emmenés… la Côte belge (ou Belsch Plaasch en luxembourgeois dans le texte) connaît un attrait jamais démenti pour les Luxembourgeois. En témoignent les chiffres diffusés par l’office de promotion du littoral: chaque année, près de 50.000 touristes luxembourgeois passent leurs vacances à la Côte belge, dont 40% séjournent à l’hôtel. Au total, les Luxembourgeois dépensent quelque 30 millions d’euros par an à la Côte belge… une manne.

Et parmi les attraits de ces petits 80 km de côte, la gastronomie figure en bonne position, avec pas moins de huit étoilés… soit un tous les 10 km! Que ce soit dans ces adresses haut de gamme ou dans les bistrots de la digue, on sert en priorité les produits de la mer: poissons, moules, croquettes de crevettes… À propos de crevettes, impossible de manquer le spectacle traditionnel des pêcheurs de crevettes à cheval. Cette pêche se pratique à marée basse, à partir d’avril jusqu’octobre, pendant environ deux heures (une heure avant et une heure après cette marée). Le pêcheur, habillé d'un ciré, botté de cuissardes en caoutchouc, chevauche son cheval qui, dans l’eau jusqu'au poitrail, traîne derrière lui un lourd chalut. Ce sont pour la plupart de robustes et gros chevaux de labour.

Si certains restaurants ressassent les classiques, beaucoup n’ont de cesse de les réinventer. Et parmi les plus audacieux, le chef Vincent Florizoone, à la tête du Grand Cabaret à Nieuport, a eu l’occasion de montrer l’étendue de son savoir-faire en investissant pour un déjeuner la cuisine de Cyril Molard à Ma Langue Sourit. Il a non seulement tenu à faire déguster des produits bien de chez lui (boudin, crevettes, sole, pommes de terre, radis…), mais en plus il les a arrosés non pas de vin, mais de bières artisanales belges, emportant dans ses valises son zythologue (l’équivalent d’un œnologue pour la bière, vous avez appris un truc aujourd’hui).

Vincent Florizoone, toutes bacchantes, tatouages et bracelets dehors, représente typiquement cette nouvelle génération de chefs qui ne jurent que par le produit, n’ont que faire du décorum et se lèvent la nuit pour tester de nouvelles combinaisons, mélanges et textures. Pour les valoriser et faire connaître son terroir et terrain de jeu, c’est lui l’initiateur du Flemish Food Bash, sorte de grand festival culinaire où les chefs cuisinent en public et rivalisent de maîtrise pour attirer les regards. La prochaine édition aura lieu à Gand le 15 novembre.