Tendance dim sum

Tendances
,

Littéralement, dim sum veut dire «toucher le cœur». Ces deux syllabes tintent comme une promesse gourmande et connaissent un énorme intérêt, notamment à Londres ou Paris où des restaurants spécialisés fleurissent et où on les sert en boîtes à emporter dans des comptoirs de rue. 

Historiquement, ces petites bouchées farcies et cuites à la vapeur ou frites sont originaires de Canton où on les appelle yam'tcha ("boire du thé"). Nés avec les maisons de thé de la dynastie Song (960-1279), ces en-cas accompagnaient le breuvage. En effet, il faut manger quand on boit du thé. C'est physiologique. Le thé réveille l'énergie, mais il a aussi la vertu d'activer le métabolisme des graisses et de hâter la digestion. Or les dim sum: c’est gras. On se leurre en pensant que la cuisson vapeur est synonyme de pauvreté en calorie. Le bon goût des bouchées vient de la graisse de porc.

Certes en essaimant dans le monde entier dans les bagages des émigrants cantonais, la bouchée s’est transformée et occidentalisée. On la retrouve sur les traces de la diaspora, des États-Unis à l'Australie en passant par la Grande-Bretagne. C’est là que la chaîne de restaurants Ping Pong, alignant 12 adresses à Londres, brille autant par son succès que par l'authenticité de ses petits plats.

Après le boom des sushis, le boom des dim sum pourrait suivre avec ce que cela comporte de bon - facilité à en trouver, à de meilleurs prix et avec des nouvelles recettes originales – et de moins bon – baisse de qualité pour coller à une demande croissante et moins regardante. Au consommateur de faire la part des choses et de ne pas se laisser berner par des adresses peu regardantes.

En attendant que Luxembourg se mette au diapason et voit s’ouvrir son premier dim sum shop, il existe plusieurs adresses où déguster d’excellentes bouchées. Certes, la plupart des restaurants chinois les proposent en entrée, mais la gamme se borne généralement aux classiques crevettes, porc ou bœuf. Nous recommanderons donc quelques adresses qui vont plus loin comme le Wasabi à Moutfort, qui compte une quinzaine de références, dont des raviolis au basilic et poulet. La cuisine de Zheng, à Leesbach, qui complète son offre avec des xiao long bao à la farce juteuse. Chez J’s, à Luxembourg, on s’est fait une spécialité des petits plats. Une dizaine de dim sum figure à la carte, dont des végétariens.